Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 10:56

Durant les quinze dernières années, le numérique a profondément métamorphosé nos sociétés et la vie quotidienne des citoyens. Il améliore la productivité des entreprises, ouvre un champ de connaissances très vaste grâce à l’Internet, modifie les relations sociales. Les progrès liés à la e-santé permettent de soigner aujourd’hui à distance ou d’opérer avec des appareils de plus en plus efficaces. L’évolution des villes de plus en plus numériques, ainsi que la géolocalisation changent notre relation à l’environnement. L’e-éducation introduit de nouvelles pédagogies et élargit le champ des savoirs. Ces transformations sont également sources de création et de développement d’entreprises et d’emplois. Le Think Tank Renaissance Numérique que je co-préside, a organisé le 22 novembre dernier une grande journée à l’Assemblée Nationale pour réfléchir à des mesures sur la thématique « numérique et sortie de crise ». Des débats participatifs ont été organisés à Marseille, Nantes, Bordeaux et à l’Assemblée Nationale. Au total, 400 acteurs du numérique ont pris part à cette réflexion pour faire du numérique un levier de la sortie de crise, et 19 mesures sont sorties de ces échanges riches et fructueux, autour de six grandes thématiques. La première concerne l’accélération de la numérisation des entreprises, source potentielle de croissance et d’emplois, en particulier au sein des PME françaises. Les acteurs ont proposé que le numérique devienne une priorité de la formation professionnelle continue, qu’une journée nationale de sensibilisation à l’économie numérique soit créée, et qu’un baromètre semestriel de la numérisation des TPE soit mis en place afin de mesurer l’évolution de la numérisation des entreprises, y compris les plus petites. La deuxième thématique a porté sur les échanges entre grandes entreprises, PME et la recherche. Favoriser l’émergence d’un écosystème entre le monde de la recherche et de l’entreprise permettrait d’être à la pointe des évolutions technologiques ou d’usages et de développer un réel avantage concurrentiel, y compris à l’international. Une troisième voie « numérique et sortie de crise » porte sur la fluidification de la relation Etat-entreprises pour dynamiser la croissance, en développant en particulier les incubateurs d’entreprises au sein de toutes les structures universitaires, en y intégrant un système de parrainage. D’autre part, l’accompagnement des décideurs publics dans l’évaluation des dossiers de financement, ainsi que la sensibilisation des agents publics territoriaux aux enjeux et usages du numérique est nécessaire. Susciter toutes les vocations avec le numérique, du stage à la création d’emplois et d’entreprises, constitue le quatrième axe majeur de « Numérique et sortie de croise ». Des propositions de création d’une émission de télévision déclinée sur le web, à fréquence hebdomadaire et en format court sur les chaînes du service public. Développer l’achat public comme accélérateur du développement des TPE/PME innovantes, ou encore équiper et former les bénéficiaires du RSA et faire mieux connaître les métiers du numériques aux missions locales et à Pôle Emploi, constituent des pistes à creuser. La formation et l’éducation au numérique est également un enjeu majeur dans les années à venir. La création d’une discipline nouvelle « informatique et sciences du numérique », des passerelles de sensibilisation aux métiers du numérique pour les élèves et les professeurs, et d’un diplôme de l’internet pour les filières courtes, permettrait de développer les usages et de répondre à des offres d’emplois du secteur qui ne trouvent pas de candidats aujourd’hui. Enfin, l’appropriation des nouveaux usages du numérique, source d’accélérateur de lien social, est également une piste à creuser dans le cadre de la sortie de crise. Quelques propositions pourraient être mises en place rapidement, comme créer un kit numérique pour le créateur d’entreprise, développer le statut du télétravail, nommer des correspondants numériques locaux pour les TPE PME, ou encore systématiser le « M Gouvernement ». o Le numérique constitue ainsi un levier pour contribuer à sortir de la crise. Les mesures proposées ci-dessous ont été sélectionnées en raison de leur simplicité et du faible coût pour les pouvoirs publics. L’objectif désormais est de les mettre en place.

Partager cet article

Repost 0
Published by christine balague - dans Renaissance Numérique
commenter cet article

commentaires